Votre Panier
Votre panier est vide vai allo shop

ou

Connexion

pour voir les articles que vous avez ajoutés précédemment en vous connectant avec votre compte

PAS DE SOLDES - Des prix équitables toujours

Livraison gratuite pour les commandes supérieures à 150 €

Retours dans les 30 jours

Pourquoi la mode durable ne peut pas être produite à grande échelle

Les matières recyclées ne suffisent pas à rendre un vêtement durable, les processus de production sont également importants.

Chez Rifò, nous le savons bien : produire une ligne de vêtements et vouloir le faire de la manière la plus durable possible est un défi quotidien.

Cela signifie se remettre en question chaque jour et en même temps remettre en question les logiques de production bien établies et définies par des années d'expérience de l'entreprise. L'économie d'échelle, par exemple, grâce à laquelle en produisant davantage, le coût du produit individuel peut être réduit.

Depuis toujours, l'un des piliers de Rifò est de ne produire que ce qui est nécessaire, afin d'éviter la surproduction.

Cependant, la croissance de l'entreprise nous oblige à produire des volumes plus importants, et donc à nous demander quelle est la meilleure voie à suivre pour le faire.

Nous avons écrit cet article parce que nous avons estimé qu'il est juste de partager avec les personnes qui nous suivent même les chemins plus difficiles et critiques, pas seulement les aspects indiscutablement positifs, tels que la réduction de notre consommation d'eau ou les économies de CO2.

C'est pourquoi, dans cet article, nous expliquerons ce que signifie l'économie d'échelle et raconterons notre manière de la surmonter.

Que signifie l'économie d'échelle appliquée à la mode ?

Le terme économie d'échelle fait référence à la relation entre la quantité de biens produite par une entreprise et le coût unitaire du produit fini. 

À mesure que les volumes de production augmentent, le coût unitaire du bien diminue.

C'est comme lorsque nous trouvons une offre 3 pour le prix de 2 au supermarché : plus nous en achetons, moins nous payons chaque article individuellement. Même logique.

C'est ainsi que les marques qui produisent à grande échelle parviennent à maintenir bas les coûts de :

- matières premières

- production

- produit fini

Comment ? En achetant de grandes quantités de matières et en produisant en masse, ce qui leur permet de demander des réductions en cascade dans toute la chaîne d'approvisionnement. Tout cela sans trop se soucier de la demande réelle du marché.

produzione di scala

Dans cette logique, ceux qui produisent à grande échelle acceptent de gagner moins sur chaque produit individuel, en misant sur une vente massive et sur les grandes chaînes de distribution, capables d'assurer les profits.

Peu importe que bonne partie de ce qui est produit soit détruite en fin de saison pour laisser place à la nouvelle collection et aux nouvelles tendances à suivre.

Le résultat de l'économie d'échelle s'appelle donc la surproduction et c'est le prix que la planète paie pour nous permettre de trouver un t-shirt à 4,99 € dans un grand magasin.

clothes landsfill

Recyclé mais surproduit

Ces dernières années, nous avons assisté à une véritable explosion d'intérêt pour la durabilité. Celle-ci est désormais devenue un mot d'ordre marketing, et donc même ceux qui produisent à grande échelle ont dû tenir compte de cette nouvelle demande du marché. C'est pourquoi les matières recyclées et les produits issus de processus éthiques sont de plus en plus demandés.

Nous en avons eu récemment la preuve : les fournisseurs ont du mal à répondre aux besoins d'une petite entreprise comme la nôtre en fils recyclés. C'est parce qu'ils sont très recherchés et tout le monde les veut. De plus, dans de nombreux cas, leur existence dépend de celle de la matière première, c'est-à-dire des anciens pulls et vêtements à recycler. Une ressource loin d'être infinie.

capi post consumer riciclo selezione

Dans tout cela, la bonne nouvelle est la suivante : ce sont les personnes, avec leur sensibilité envers une consommation éthique, qui ont déclenché un changement. 

La mauvaise nouvelle est que pour le moment, nous en sommes réduits à l'utilisation de fibres durables, du moins présentées ainsi, sans une réflexion réelle sur l'impact des processus de production.

C'est le cas du polyester et du nylon recyclés, récemment très utilisés par de nombreuses marques, en particulier dans les collections de maillots de bain des grandes chaînes. Mais comment ces vêtements ont-ils été produits ? Où ? Et puis, combien de bouteilles en plastique à usage unique devons-nous encore continuer à produire pour fabriquer ce fil recyclé ?

Pourquoi l'économie d'échelle ne peut pas être durable

En résumé : produire avec des matières recyclées mais le faire à grande échelle est un paradoxe, principalement pour deux raisons.

Nous avons déjà mentionné l'une d'entre elles : le risque de surproduction.

Comme mentionné, l'éventualité de détruire les invendus reste plus rentable que l'hypothèse de produire à petite échelle en faisant appel à des artisans locaux.

Le scandale de la destruction de tonnes de vêtements neufs a été couvert par d'importants médias, concernant à la fois des marques de fast fashion telles que H&M, mais aussi des marques de luxe comme Burberry.

sovrapproduzione

Passons à la deuxième raison pour laquelle l'économie d'échelle n'est pas favorable à l'environnement. C'est-à-dire l'endroit où elle a lieu.

Il va de soi que les grands nombres à moindre coût sont obtenus en produisant là où le coût de la main-d'œuvre est bas. Très souvent, ces grandes productions ont lieu en Chine, au Bangladesh, en Afrique du Nord, au Vietnam, où les protections pour les travailleurs sont beaucoup plus faibles que celles de l'Union européenne.

Un impact sur les droits des travailleurs de l'industrie textile, mais aussi sur l'environnement. Car les matières premières et leurs dérivés doivent être déplacés et transportés, consommant d'énormes quantités de CO2.

Le dilemme de la marque durable

"D'accord, mais ce n'est pas vrai qu'en Italie on ne produit pas à grande échelle." C'est vrai. C'est précisément pourquoi nous tenons à vous raconter notre dilemme.

Par exemple, pour être pointilleux, même nous chez Rifò, dans notre petite mesure, nous faisons de l'économie d'échelle lorsque nous demandons à nos artisans de produire 50 petits pulls au lieu de 10. Comment faire cependant pour éviter de produire plus que nécessaire ?

Nous nous sentons très chanceux du succès des produits Rifò, mais en même temps conscients d'être comme un funambule marchant sur le fil du rasoir.

La voie de Rifò pour éviter la surproduction

Pour continuer à écouter les gens, leurs besoins réels et satisfaire une demande croissante, nous avons décidé de prolonger les délais d'attente de notre modèle de précommande.

L'année dernière, nous avons réalisé que deux semaines seulement nous amenaient souvent à avoir des articles en rupture de stock, parfois juste après la fin de la prévente. Ainsi, nous avons compris que produire en temps réel, presque sur demande, ne pouvait pas être une voie praticable.

magazzino Rifò

Cette année, nous essayons de demander un effort aux personnes qui achètent nos produits. En faisant cela, nous donnons à nos artisans le temps de gérer une production plus importante.

Nous réalisons que dans un monde où "livraison le lendemain si vous commandez dans les 4 heures", où "le lendemain", c'est peut-être un dimanche, nous faisons quelque chose d'inhabituel. Nous le faisons parce que nous croyons en les gens et en leur véritable désir de changement.

Tous nos vêtements en cachemire recyclé sont actuellement en production et arriveront aux gens début novembre, juste à temps pour les premiers froids. Ici, vous trouverez tous nos produits les plus récents en prévente.

En plus de cela, nous avons décidé de mettre en place une stratégie de vente légèrement différente également avec les magasins qui achètent nos produits, en leur demandant également de passer des commandes planifiées, afin de les satisfaire sans avoir à stocker trop de marchandises dans notre entrepôt.

Encore une fois, nous n'avons pas choisi la solution la plus simple, mais celle de la transparence.

Et comme nous voulons nous baser sur les besoins réels, nous sommes heureux de recevoir des commentaires.

Nous sommes en effet curieux de connaître les vôtres. Vous pouvez nous les écrire ci-dessous ou via tous nos canaux, réseaux sociaux, e-mails, mais aussi par téléphone...

Donnez-nous votre avis sur l'économie d'échelle, sur les bonnes stratégies pour l'éviter et sur nos préventes.

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *

Remarque : Les commentaires doivent être approuvés avant publication.