Votre Panier
Votre panier est vide vai allo shop

ou

Connexion

pour voir les articles que vous avez ajoutés précédemment en vous connectant avec votre compte

PAS DE SOLDES - Des prix équitables toujours

Livraison gratuite pour les commandes supérieures à 150 €

Retours gratuits en Europe dans les 30 jours

Accueillir les bouloches est-il une forme de durabilité ? Comment distinguer les bouloches sur des matières de qualité et les prévenir ?

Nous sommes arrivés à cette période de l'année : il est temps de faire le changement de garde-robe et de sortir les pulls pour la mi-saison et les pulls épais. Ainsi, des valises et des sacs sous vide émergent les vêtements en maille des années précédentes : un peu froissés, un peu vieillis, certains recouverts de peluches en surface. 

Ah, les bouloches, ce monstre... qui ne les a pas détestées et combattues de toutes ses forces ? 

Ensuite, un jour, on réalise que c'est une bataille perdue, un combat contre des moulins à vent, et que quoi que vous fassiez pour les enlever, les bouloches reviendront.

Les bouloches se forment en effet en raison du frottement des fibres, qui sortent progressivement de la texture et forment les peluches. Seul un tissu fait de fils pourrait ne pas avoir de bouloches.

Peut-être est-il donc préférable de faire la paix avec cela, d'accepter les limites physiques des choses, sans toujours exiger du neuf et du parfait. Au contraire, saisir l'occasion de se poser quelques questions.

Nous, chez Rifò, c'est précisément ce que nous avons fait. Nous nous sommes interrogés sur le vieillissement des vêtements et sur quelles fibres sont plus sujettes au phénomène des bouloches. 

Par exemple, le cachemire recyclé a-t-il vraiment plus de bouloches que le cachemire vierge? Quelle est la différence entre les bouloches sur des vêtements en matières pures et naturelles et celles sur des matières de mauvaise qualité contenant de grandes quantités de fibres acryliques ?

Une série de réflexions qui nous ont conduit à un sujet plus vaste, fondamental pour nous : quelles limites sommes-nous prêts à accepter au nom d'une mode plus durable ?

Ainsi, avec toutes ces questions en tête, nous avons décidé de commencer à écrire pour vous raconter notre point de vue sur les bouloches et vous donner quelques idées sur la façon de les prévenir et de les combattre. Sans s'attarder trop longtemps.

Comment se forment les bouloches ?

Tout d'abord, un pas en arrière sur l'origine de ce phénomène, car connaître l'ennemi est la première étape pour le combattre.

Le boulochage, ou bouloches, n'est rien d'autre que la quantité excessive de fibre qui, avec l'utilisation et le temps, sort de la texture du vêtement en maille. Ce phénomène se produit principalement par frottement, c'est pourquoi il est beaucoup plus fréquent sur un pull que sur un bonnet. L'habitat naturel des bouloches est en effet le bas du pull ou le dessous de la manche.

Un deuxième aspect qui contribue au "vieillissement" et à la formation de bouloches sur les vêtements est lié aux lavages. En machine à laver, mais aussi en lavant à la main, les fibres sont secouées et déplacées, et même la chaleur de l'eau contribue à les faire gonfler.   

Les bouloches et les fibres recyclées

Y a-t-il donc des pulls qui ne font pas de bouloches ?

Non. Tôt ou tard, tous en feront, c'est un phénomène inévitable. Cependant, il existe des fibres et des fils qui sont certainement moins sujettes à ce problème. 

Si l'on veut aborder la question du vierge VS recyclé, les fibres vierges, plus longues et plus résistantes que les fibres recyclées, auront certainement tendance à former des peluches plus tardivement. 

Prenons le cachemire. En produisant une ligne de vêtements en cachemire recyclé, nous sommes confrontés aux caractéristiques de ce fil tous les jours. Nous en voyons certainement les limites, mais nous essayons de les surmonter grâce à une conception minutieuse des vêtements, en accord avec les principes de l'éco-conception.

De notre point de vue, un vêtement en cachemire recyclé ne forme pas particulièrement de bouloches s'il est conçu, traité et fabriqué correctement. En effet, il existe des processus de production qui influencent la formation de bouloches, tels que le traitement industriel du vêtement après le tissage et la confection avant la vente. À ce stade, des adoucissants sont ajoutés pour créer la texture souhaitée, c'est-à-dire le "toucher". Plus ces substances sont abondantes, plus le vêtement sera doux, mais en même temps sujet à la formation de peluches en surface.

Tissage, lavage industriel et repassage | passaggi industriale della confezione di un capo

C'est justement pour cette raison que, pour les produits en cachemire recyclé de Rifò, nous avons choisi de ne pas exagérer avec les adoucissants et les produits chimiques. Parce que, oui, parfois accepter un vêtement avec un toucher un peu moins doux le rendra plus durable dans le temps.

Nous en revenons donc à l'idée d'accepter aussi les points faibles de ce que nous portons, pour privilégier sa durabilité et surtout son éco-responsabilité.

Ainsi, lorsque l'on nous demande : "Est-il vrai que le cachemire recyclé forme plus de bouloches ?", d'instinct nous répondons : "Non. Mais même si c'était le cas, n'est-ce pas un juste prix à payer pour réduire ses impacts sur la planète ?"

L'impact de l'élevage des chèvres cachemire pour produire le fil vierge est en effet énorme. En Mongolie, les effets dévastateurs de cette activité sur l'écosystème sont comparés à l'invasion des Huns d'Attila.

L'impact de notre cachemire recyclé par rapport à celui vierge | Impatti cashmere rigenerato

Matières synthétiques ou naturelles ?

Est-ce que ça vous est déjà arrivé d'acheter un pull en acrylique et de le voir abîmé dès le premier lavage ?

Après y avoir réfléchi, nous sommes arrivés à la conclusion qu'une des premières distinctions à faire lorsqu'il s'agit de bouloches est la suivante : matière synthétique ou naturelle ?

Si vous y pensez bien, dans le cas d'un vêtement fabriqué avec des fils synthétiques pour la maille, principalement les acryliques, ce qui se produit avec de nombreux lavages et à l'usage est quelque chose de légèrement différent des bouloches. C'est parce qu'il ne se forme pas de véritables peluches en surface.

À gauche, les bouloches sur un pull en acrylique après un an d'utilisation, à droite, les bouloches sur un pull en cachemire recyclé après deux ans d'utilisation | synthetic and natural pilling

Les fibres ont en effet tendance à sortir de la texture et à s'étirer, rendant l'entretien avec un peigne ou une machine anti-peluches beaucoup moins durable. Comme on peut le voir sur la photo, les fibres sont tirées encore plus vers l'extérieur, mais pas enlevées. 

Les fibres extraites de notre peigne anti-bouloches sur un vêtement composé à 80% d'acrylique et 20% de polyamide

Dans le cas d'une fibre naturelle comme le cachemire recyclé, cependant, les peluches qui pourraient se former après plusieurs utilisations ont une structure différente. En effet, elles sont localisées et peuvent être complètement enlevées à l'aide d'un peigne, laissant la surface du pull lisse et propre. Dans la vidéo, nous pouvons voir comment avec quelques gestes, il est possible de nettoyer un vêtement en maille avec beaucoup de bouloches et de le remettre en forme.

Prévenir et combattre les bouloches

En plus des aspects abordés jusqu'ici, il existe d'autres facteurs qui favorisent ou non la formation de bouloches. Il est donc bon de les connaître pour mieux choisir votre prochain vêtement.

Le point de tricot : un point plus serré et compact maintiendra les fibres en place, tandis qu'un pull fait avec un point plus ouvert et souple les fera bouger davantage. Ce dernier aspect pourrait entraîner une présence plus importante de bouloches, même si le tout doit toujours être contextualisé par rapport à la qualité de la matière. 

À gauche, un point de tricot ouvert, à droite, un point de tricot fermé et compact | punti maglia aperti e chiusi

La matière : effectivement, un autre aspect important à considérer est celui-ci. Par exemple, la laine a une structure pour laquelle la formation de bouloches représente presque une caractéristique intrinsèque, tandis que dans un pull en coton, nous en verrons rarement.

Il existe ensuite une série d'astuces que vous pouvez mettre en œuvre pour prendre soin de votre pull et prévenir la formation de bouloches, par exemple :

  • Vous pouvez réduire les lavages et ne pas stresser le vêtement. Grâce à leur respirabilité, les fibres naturelles comme la laine ont en effet besoin de beaucoup moins de lavages en une saison par rapport aux fibres synthétiques.
  • Vous pouvez utiliser un détergent au pH neutre qui atténue le gonflement des fibres pendant le lavage.

Enfin, la solution la plus efficace de toutes : enlever les bouloches avec un peigne spécifique !

Notre Johnny, par exemple, qui est doux mais efficace et fonctionne sans avoir besoin de piles ou de batteries.

Obsolescence programmée ou usure normale avec le temps : apprenons à distinguer

En résumé, choisir des fibres naturelles comme la laine et le cachemire rendra l'entretien d'un pull plus facile et plus durable dans le temps, même si la formation des bouloches est inévitable.

Malheureusement, la fast fashion ne nous a pas habitués à penser à long terme, mais plutôt à des vêtements qui vieillissent après peu d'utilisations. Ainsi, nous nous sommes habitués à les remplacer à la vitesse de l'éclair, sans penser à leur impact sur la planète. Nous sommes devenus de plus en plus exigeants, exigeant de porter toujours quelque chose de neuf, de parfait. Peu importe si c'est jetable.

La question est : sommes-nous encore capables de reconnaître la qualité ?

Devant deux pulls vieux de deux ans, l'un en pure laine et l'autre en 100% acrylique, sauriez-vous distinguer la différence entre l'obsolescence programmée et l'usure naturelle avec le temps ?

C'est à cet exercice que nous devons nous habituer si nous voulons vraiment commencer à acheter des vêtements qui dureront dans notre garde-robe, des vêtements qui racontent notre histoire.

Nous devons développer un sens critique, toucher les matières, regarder les étiquettes et reconnaître la qualité de ce qui ne l'est pas. Enfin, il est également important d'accepter l'usure normale des choses, et même de voir la valeur émotionnelle que les vêtements acquièrent au fil des années.

C'est pourquoi nous nous posons cette question : est-il sensé au nom de la durabilité d'accepter un peu de bouloches ? Nous pensons que oui, et vous, qu'en pensez-vous ? Écrivez-le dans les commentaires.

Rifò porte ce message, à travers sa communication et une collection de vêtements fabriqués avec des matières durables, recyclées et durables. Voulez-vous la découvrir ?

Join the #Rifolution !

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *

Remarque : Les commentaires doivent être approuvés avant publication.